Nous aurons quatre mains sur le piano des jours

                             

                              Nous aurons quatre mains sur le piano des jours

                                                                                                                                                                                               A Idaline

 

 

            Je ne tenais au monde
            Que par les démons du Poème.
            Je leur offrais musique et vin.
            J’étais sans yeux pour l’avenir.

            Et tu vins, toi, comme un été.

            J’irai cueillir, infatigable
            Enfant sur ta lèvre en prison
            La mûre inaccessible aux dieux.

             J’irai chercher plus haut, plus loin
            Qu’à tes salives de framboises
            Le suc des heures immarcescibles.

            Nous aurons quatre mains sur le piano des jours
            Mille draps, mille vies, mille phrases
            Et les quatre saisons ne seront pas de trop.

 

* * * * *

            Si j’ai grandi en tournesol
            En primitif à front de ciel

            Crapahutant sonore et glabre
            Anachorète-enfant des blés

            Poète à pulpe et à chemins
            Pensées allaitées à l’éclair

            C’était, très tôt, pour dire « adieu »

            Comme on se cale à fond de barque
            Abandonnant les rames au lac.

            C’est aujourd’hui pour dire « je t’aime »
            Et laper ciel et terre à ta peau d’amoureuse. 

 

* * * * *

            Souviens-toi de Tourettes !

            Délivrés des huis-clos fatidiques d’hier
            Nos deux âmes infusaient doucement l’une en l’autre.

            La vie ne venait plus pour rien
            S’ouvrait comme jamais.

            Je te hissais dans le Poème
            Dont tu formais sans le savoir tous les sommets.

 

* * * * *

            J’avais hâte
            Et de vivre et d’écrire

            Et je ne savais plus
            Du soleil ou de toi

            Qui me faisait trembler.

 

* * * * *

            Toi, soleil
            Au trop plein d’infini

            Toi, l’aimée
            Où voyagent mes sèves

            Vous voir devrait suffire !
            Vous voir et vous aimer au moment où vous êtes !

            Mais votre coude-à-coude à l’étau du néant
            Votre poignant miracle à nouveau m’écartèle.

            Je ne peux aujourd’hui vous aimer
            Sans vertige.

            L’affolement de vivre est en crue sous la peau.

 

* * * * *

            Plénitude conquise
            De tes draps odorants
            Jusqu’à ces infinis où jamais aucun mot
            N’aura su me nommer
            J’approchais, tout en nage, ta part impossédable.

            Et au matin la Terre
            Où tant de corps pourtant s’agglutinent
            Et dérivent…
            La Terre et l’horizon
            Nous incitaient à voir, à sentir, à aimer
            Nous reprenaient vivants dans leur jeunesse indemne.

            Nous n’avions pas de rêves.
            La profondeur des jours les rendait inutiles.

 

* * * * *

            Ces jours-là aujourd’hui
            Me reprennent inflexible à leur ligne de vol.

            Toute phrase plus nue
            A hauteur terrifiée de l’une-fois-seulement

            Je chausse l’alphabet
            J’embarque pour les ciels enfantés de tes yeux

            Pour les ciels tout autour
            Que d’être et de sourire tu rendais invincibles.

 

* * * * *

            Raisons de vivre
            Par toi se multiplient.

 

* * * * *

            Tu me dis :
            Mais l’amour meurt au quotidien !

            Je te dis :
            Pense à ceux qui sont morts
            Qui troqueraient le dieu pour revivre en nos sueurs
            Pour revivre au plus nu quotidien de nos yeux !   

            Et pense au jour qui monte !

* * * * *

 

            Car cette vie
            Qui s’improvise
            Qui lègue à d’autres nos saisons
            L’ancienne façon de dormir
            C’est du grand large à plein poumon.

            La vie à l’avant
            Plus fragile
            Comme orpheline est toute fleur
            Au moment de quitter sa nuit
            Pleurer tient sa moitié du ciel.

            Paupière élue de l’aujourd’hui
            Au lit baldaquin
            Du Poème
            Prend date aux arches de nos cils
            Pour les automnes d’abat-jour.

* * * * *

            Toujours dans tout soleil maintenant qui viendra
            Quelque chose de toi y sera l’à-jamais. 

 

 

 

Commentaires 3

  • Voici les plus beaux Poèmes d’Amour que j’ai jamais lus (et je n’en veux pas lire d’autres! Car ceux-là me suffisent absolument et inconditionnellement).
    Le Poète David bijou va Crescendo dans son Art, de Sommets en Sommets, plus élevés encore.
    Son Ascension donne le vertige conjugué de la Hauteur et de la Profondeur.
    Le Poète ici parvient à unir son Expérience subjective et intime (à Lui seul connue) et ce que nous pouvons objectivement saisir, nous Autres, Lecteurs de l’ Amour et Contemplateurs de la Beauté, de cet Amour et de cette Beauté de la Nature, de l’Être, de l’Esprit et du Sentiment.
    Dans cette Symphonie concertante à quatre Mains, dans cet Hymne à la Joie et à l’Amour, sonne et résonne toute l’Éternité.
    Car dans ce « coude à coude à l’étau du Néant », « votre poignant miracle à nouveau m’écartèle ».
    Encore !!… Encore!!… Nous ne serons jamais rassasiés d’une telle Poésie d’inextinguible et d’immémoriale Soif. Bravo et Merci.

  • Très beaux poèmes on dirait voir une source lyrique un très beau chant d’amour à vouloir croire à la merveille. Bravo ! Laurent Desvoux-D’Yrek du Verbe Poaimer

  • Je ne jalouse pas le poète pour la femme aimée- bas instincts de possession !- je lui vole ses mots et les fais miens tant ils expriment la fusion des corps et ds coeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *