Foudres bleues au dedans

            Éclos
            Et là
            D’un coup
            Compagnon des rosées
            Au firmament sans clé
            Bulle d’être
            Advenue à mission de reflets
            Vouée au bleu
            Au rapt
            Des beautés primordiales
            A peine m’étirant
            Déjà
            Je quittai l’âge d’or qui n’avait pas eu lieu
            Sinon par ces clins-d’œil que fait la Terre
            Aux vignes
            Et j’écoutais
            L’oreille divorcée
            L’écho sombre des siècles passer dans les feuillages.

            Les chansons de papa
            Furent mon premier viatique
            Au maquis résolu
            Fraternel
            Où dès lors s’armerait le Poème.

 

                        ***

 

            Jaillie, qui sait pourquoi
            De la houle de l’être
            La vie
            L’éclat soudain
            A reçu des humains peu d’égards
            Et d’échos.
            Au bleu si grand ouvert
            Fut préféré l’onirique des dieux.
            Aux couleurs des saisons
            Le fer et l’usine.
            L’infini
            Restera sans patrie.

            Toi
            Pour aimer
            Regarde bien la mort.
            Ne choisis aucune arme
            Qui ne soit affûtée des mains vraies
            Du soleil.

 

                      ***

 

            Spectatrice éblouie
            Toujours
            Et à jamais
            De la Terre et du ciel
            Des hectares impensés de l’offrande
            Toujours
            Reconnaissante
            Salut à toi ma vie !

            Ma vie
            Quoique trop affaiblie
            Des pandémies du rien
            Du ci-et-là venteux où vont vite les ans
            Mais toujours éblouie
            Toujours
            Et à jamais
            Salut à toi ma vie !

            N’aie rancune des hommes
            Et des profanes mécaniques
            Qui disent de la Terre
            Qu’elle est mathématique
            Et matière et profit
            Quand elle est l’inouï
            L’insondable
            Présence infatigable appelant son Poème.

            Salut à toi ma vie
            Qui ne cherchait qu’à être
            En poète
            En enfant
            Témoin nouveau des jours
            Simple témoin des jours.

 

                       ***

 

            Poème
            Tu reviens
            Des face-nord du vivre.

            Tu tenais
            Dans la foudre surpuissante
            Du jour à nu.

            Tes ivresses en nous
            Furent aussi
            Les moments de la Terre.

 

                       ***

 

            Dispersées
            Les brumes polluées
            La vie se révèle mystère insondable
            Dont l’à-pic
            Rarement vu
            Devient conscience poétique
            Effarée
            Jetée aux frontières de l’humain.

 

                       ***

 

            Le verbe
            Glisserait aussi
            Au verglas des beautés sans contraire.

 

                       ***

 

            Le soleil est abîmé
            C’est tout ce qu’on peut dire de l’histoire.

 

                       ***

 

            Rescapé
            Des mandibules
            Du nombre

            Par chance
            Marié au vent

            Prêt à l’insolation
            Des adrets
            A l’ubac des retours

            Ne cherchant
            Qu’à humer aux antennes du verbe
            La prairie fugitive du ciel.

 

                       ***

 

            La Terre
            Etait sans voix
            Dans l’abattoir des siècles.

            Vivre
            Dans le miracle
            Aura eu peu de mots.

            Je l’ai vu
            Dès l’enfance.

 

                       ***

 

            Des yeux
            Au ventre passent
            Les verticales
            De la beauté
            Foudres bleues au-dedans.

            Les hommes vont et viennent à l’horizon-chimère
            Bourdonnent en pure perte.

            Au vent
            Les cendres du soleil.

 

                       ***

 

            L’homme   
            Était beau

            L’homme

            Passant écarquillé
            Dans l’univers aveugle.

 

                      ***

 

            Poème
            Défends-nous
            Des prisons tant aimées
            De l’histoire

            Ancestrales prisons
            Où même le rebelle a toujours fait son lit

            Ouvre la beauté nue
            Qu’on n’a su qu’entrevoir
            Avant de l’endiguer du haut mur des croyances
            Comme des marées noires du dieu-chiffre-d’affaire

            Ouvre la beauté nue
            Beauté d’être
            Et d’aller
            Beauté qui rejaillit éblouit frappe et meurt
            En serrements de gorges
            En clins-d ’œil répétés où s’enrage le Tout
            En spasmes qui appellent à tout revivre encore
            Beauté d’être
            Et d’aller
            Beauté nue de la Terre qui reste encore à dire

            Poème
            Défends-nous
            Du nœud de vipère des routes
            Qui ne mènent qu’aux routes
            Désarrimant nos pas des pas de la Grande Ourse

            Défends-nous
            Du couteau dans le dos des fleurs bleues
            Du songe à courte-vue du bitume aux fenêtres
            Défends-nous
            Des haleines de cantine
            De l’asphyxie des ruches
            Du sacre revanchard du midi-à-sa-porte

            Fais-nous Fou de Bassan amoureux fous des houles
            Isards dans le qui-vive aux éboulis du bout du monde

            Poème
            Défends-nous
            Des grégaires des crédules en cohortes
            Qui massacrent les jours
            Empoisonnent les sources
            Insultent le vivant
            Bâillonnent le soleil
            Couvrent les horizons de bêlements sinistres

            Garde-nous tes enfants
            Que rien n’a pu dompter
            Oisifs
            Ascensionnels
            Non voulus des Eglises
            Comme des Industries
            Faisant le mur encore au dortoir planétaire

            Poème
            Ne sois pas ce qu’on dit
            Mais ce que dit l’éclair à notre longue Nuit
            Sois l’inouï qui fait pleurer
            Le jamais-vu nubile en sa robe-univers

            Et n’aie crainte
            Après toi
            De ces vomissements
            De trop de tasses bues où l’on n’avait plus pied
            N’aie crainte
            D’engendrer la bouche abandonnique
            La balle au cœur
            Qui part
            Des faméliques alphabets

 

                       ***

 

            Roulé
            Plus de cent fois
            Jusqu’au sable
            L’ossature malmenée
            Dans le fracas des vagues
            Syllabes originelles
            Dont le soleil était le point
            Je revenais à l’air
            Etourdi
            Essoufflé
            Vidé de toute idée
            L’âme comme un cristal

            Et là comme
            Jamais
            La Vie m’est apparue
            La vie
            La Terre entière
            Comme une rosée folle
            Sur la fleur infinie de l’espace et du temps

            Et j’ai pleuré de Joie

 

                      ***

 

            O Terre
            Ilot peuplé de vies à l’âtre du soleil
            Mutique fulgurance
            Tu vins jusqu’au sentir, au souffle
            Aux battements de cœur
            Et comme peu à peu t’escaladant toi-même
            Esprit devenue
            Hissée à force face à ton propre inconnu
            Tu te mis à songer, à dire, à questionner
            A croire, à fabuler…
            Ainsi en nos histoires
            Commence ton histoire.

            Aux peuples débarqués les premiers sous l’étoile
            Tu fus la toute-en-âmes
            Mère et maison cosmique habitée par les dieux.
            On te priait
            On te chantait
            On demandait pardon pour la bête tuée.
            Puis les dieux te quittèrent.

            L’unique survivant
            Le Père, qui n’était pas aux cieux
            Mais hors-ciel hors-saisons et fleuves et montagnes
            Te répudia d’un coup
            Mère que tu étais
            Mère et souveraine aimée
            Te volant jusqu’au don d’enfanter.
            Des peuples trop sérieux s’éprirent du roman
            Nouveau d’Adam et Eve
            De brouillon sumérien.
            Tout autre livre alors emmuré de silence.

            Un peu plus tard
            A peine
            Quand l’homme s’éleva – peut-être s’abaissa
            Au rang de maître et possesseur
            Tu fus moins qu’une esclave
            Matière atone devenue
            Quadrillée
            Fissurée
            Livrée au charcutage aveugle de l’usine.

            Terre
            Tes horizons
            Tes brumes attachées à tes flancs
            Visages millénaires
            Et devant quoi tremblait la main du peintre
            L’un
            Après l’autre
            Partent en fumées.
            Liquidation programmée de ton ventre-oasis.

            Terre
            Miracle pur pourtant
            Les poètes n’étaient que ton œil extatique
            Ta plus mystique bouche
            Ton infini nombreux de chair et d’os.

            Qu’ils soient désormais
            Autour de toi les bras armés.

            Car c’est une autre guerre
            Qui vient.

 

                       ***

 

            Poème te voici
            A l’âge du cancer nucléaire
            De la Terre.

            Le jour qui vient
            Arrache-le à la fosse commune.

            Rends-lui ses cris de nouveau-né
            Que sont rivières et libellules.

 

                        ***

 

            Ah non
            Ce n’est pas l’orchestre affolé
            Des hommes
            Criant leur courte vie
            Sous le grand firmament

            Ah non
            Ce n’est plus l’être échevelé
            Des nuits
            L’accolade enivrée
            Au trottoir des visions

            Non
            C’est le huis-clos
            L’amusie domestique en l’atone huis-clos.

            Et l’œil en solitaire escalade le jour…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *